Les romans de Lotis

Les romans de Lotis

Je raconte des histoires, vraies de préférence.

13. Le Spectateur

 

Annabelle, la fille idéale. Ou idéalisée. Peut-être que je ne la connaissais pas. Mais si on me parle d’elle, j’en suis persuadé : elle était exactement comme je l’imaginais. Vous n’avez pas vécu ça un jour ? La certitude qui noue la gorge, l’impression de reconnaître quelqu’un d’un coup. De l’avoir toujours connu, de se refléter dans son âme. Annabelle, sa personnalité transcendait son physique. Elle était éthérée. Limpide. Dans ma mémoire aussi, elle est comme ça, un ange, une divinité, si gracieuse, si belle… Avec son sourire franchement triste. Celui qui donnait envie de se retourner sur soi :

« Je ne comprends rien, je suis un con, ce n’est pas la vie, ça… »

Parce que la vie, quand on voyait Annabelle, c’était Annabelle. Avec son physique, elle aurait pu vivre l’aventure de la notoriété, être actrice ou peintre. Et inoculer la passion de la gouache à tous les pauvres types dans mon style. Elle aurait pu être une véritable star, caméra à ses genoux. Elle aurait dû.

Évidemment, elle aurait dû échapper à son destin. On les ressentait là, bien présents, ses principes. L’humilité, la sincérité. Remarquable chez ces filles. Elle savait évaluer en trois mots, un mec, une minette, une bagnole, une musique, si ça allait marcher ou pas, les films, idem. Sa nature, c’était le bon sens, envers toute trahison. Ce vieux gâteux de Martial doit s’en souvenir. Mon Annabelle, mon exception. Cinq minutes avec elle, c’était mon plane. Les autres filles entre elles puaient la jalousie, la chasse au pouvoir. Un pouvoir de pacotille bien sûr, celui du pognon. Je n’ai jamais pu encadrer ces grandes gueules : trop sûres d’elles.

Il faut admettre que Victoire avait du succès. Qu’elle était très attirante. Voire magnétique. Mais elle, elle n’avait pas de cœur, il ne lui est même pas venu à l’idée de s’en fabriquer un. Pas comme Annabelle. Entre les autres, il y avait des limites à l’amitié, à la confiance. Des ragots, des opinions, des passages à tabac. Tout ce qu’on peut trouver de négatif au mode féminin.

Juste là, au milieu d’elles toutes, Annabelle défiait les usages. Comme une lumière dans un tunnel. Ma lumière dans mon tunnel.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article