Les romans de Lotis

Les romans de Lotis

J'écris, je partage, je rends compte

Le danger

Le danger ne l'avait jamais effrayé. Il ne s'était jamais senti paralysé par quoi que ce soit. Ce qui allumait la mèche de la colère en lui, c'était plutôt les injustices. Les non-dits. Comme les ruptures idiotes, à chaque fois qu'il était amoureux. Les questions défilaient sans réponse depuis des mois. À propos de Cassandre et même d'Annabelle. Des rumeurs qui circulaient à leurs sujets. Sur Victoire aussi et la meilleure amie d'Annabelle, Lina. Elles dépensaient beaucoup d'argent dans les bars, les restaurants et les boutiques. Elles étaient souvent accompagnées. Elles modifiaient leurs prénoms sans se gêner, si elles s'estimaient importunées.

Le centre-ville était un microcosme. Les mêmes têtes partout, les mêmes consommateurs au bar, un cercle clos et monotone. On savait qui se procurait quoi auprès des dealers locaux. Qui buvait quoi et sous quelle enseigne. On disait bonjour aux clochards, on évoquait avec eux la météo en leur glissant leur pièce. Les quatre filles détonaient. Leurs amis, leurs fréquentations aussi. Avec Solèse proche, leurs allers-venues constantes, on se doutait qu'elles étaient entretenues chacune par quelqu'un de là-bas.   Si Michael rassemblait les pièces éparses de ce puzzle, il lui paraissait évident que le mec légitime avait un rôle important dans les revenus de Cassandre. Mais il ne pouvait pas se l'avouer. Par respect pour elle. Elle devait avoir ses raisons de se taire. Et surtout, parce qu'il refusait d'admettre qu'il figurait en seconde position sur la liste. Il préférait se croire unique, le seul homme dans sa vie. C'était plus fort que lui. Il avait besoin d'exclusivité. Mais il ne voulait pas la perdre. Alors, il se ménageait.

Parfois, le soir, quand il n'était pas derrière son comptoir, il parcourait les boîtes. Seul ou avec des copains. Et s'il les apercevait dans une, Cassandre ou Annabelle, toujours flanquées de Victoire ou Lina, ou de types louches, il disparaissait. Il ne voulait pas leur causer du tort, d'instinct. À présent, son choix délibéré lui pesait. L'abcès fermentait, se décuplait. Menaçait d'exploser. Il fallait le crever. Un jour peut-être, Cassandre aurait confiance en lui. Elle lui expliquerait. La vérité. C'était naturel pour lui de se préparer à l'entendre. Ce soir-là, il se décida. Après son service, il se faufila parmi les danseurs. À l'intérieur d'une boîte qu'il avait désertée deux soirs avant. Et mine de rien, puisqu'il était copain avec une des barmaids, il s'enquit des quatre filles, toujours si bien fringuées. Il ne parvint pas à intégrer un mot de ce qu'elle déblatéra.

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article