Les romans de Lotis

Les romans de Lotis

Je raconte des histoires, vraies de préférence.

L'âme insolite

Saint-André, quartier de la gare — L'âme insolite, l'intrépide, mon jongleur de mots… Les jours s’éternisaient. Le cirque des étudiants avait succédé à celui des touristes. Les cacophonies, les causettes, boutades des clients, stress du gérant, les collègues, les glings, les tasses, les plateaux, les pourboires, il les planterait tous là, sans exception et sans regret. L’échappatoire pointait à l’horizon. D’accord, il tardait. À cause d’elle. Son mobile sous-jacent. Certains jours, ça le stimulait à se préparer. D’autres, ça l’incitait à rester. Il devait se résoudre. D’ici un mois, il serait sans doute loin d’ici. De Cassandre, de ses problèmes. Il décortiquait chacune de ses intentions avouables. Il s’épuisait à énumérer ses escales : Brasilia, Fortaleza, Belem, Manaus, ses itinéraires du sud au nord. Il enrageait : il aurait dû être heureux. Il ne l’était pas. Le vestibule était entrebâillé, l’éclairage encore en panne. Il jura. Il tâtonna, gravit les escaliers à l’aveuglette. Trébucha sur le béton d’une contremarche. L’insulta. Enfin en haut, il se cogna contre une silhouette.

Michael : Cassandre ?

Il devina sur ses lèvres. Un sourire. Un réflexe, elle se réfugia contre lui sans y être invitée. Il chavirait. Elle recula. Il déboucla sa porte. Elle le suivit. Derrière l’obscurité de la montée, les néons déversaient une clarté trop vive pour trente mètres carrés.

Cassandre : Tu… vas bien ?

Elle ne devait pas s’attarder. Pourtant, elle gravait dans son cerveau pour l’emporter avec elle le plan précis du studio, les branchettes de lavande sur leur fausse cheminée, le clic-clac, les rangées de livres, la kitchenette, un bonheur fugace, celui de son adolescence, et Michael. C’était surtout lui qu’elle examinait pour s’en souvenir. Elle apprenait son charme à la Morrison. Ses boucles autour du visage, ses greffons d’auburn sur le brun. Son anneau à l’oreille. Ses iris bleus assaillis d’expressions. Une opportunité qu’elle aurait pu se forger, vivre avec lui une véritable histoire, son échec l’ulcéra.

Michael : Je vais très bien, je m’en vais bientôt. Il a fallu que j’attende, mais voilà, je repars…

Cassandre : C’est… bien.

Une inquiétude la piqua, une paranoïa : et si Mark savait qui il était, si Dimitri avait tort ? C’était déplorable, elle était là, avec lui. À accommoder une collection de mensonges. Les garants d’une tranquillité relative.

Michael : On pourrait se revoir avant…

Cassandre : Tu craques, là. C’est pas sérieux. De toute façon, justement…

Les étincelles de son briquet oscillèrent, lui refusèrent une flamme. Un étui d’allumette gisait sur la table basse. Elle s’excusa d’un regard. Frôla le jeune homme pour attraper le feu. La clope grillait. Elle était à nouveau près du palier :

« Je suis là parce que je voulais être franche avec toi… »

Elle menait une campagne de représailles sur sa longue. Elle rageait. Michael louchait sur chaque phase de son geste. Les cailloux sombres allongeaient les yeux de sa visiteuse, des emblèmes de douceur. Il ne pouvait pas la croire.

Cassandre : On ne doit plus se voir du tout… Je ne veux pas que tu te fasses des idées sur…

Une formule cornait dans les neurones de Michael _ Fleur des nuits. Et elle, elle l’exaspérait, campée là. Devant lui.

Cassandre : Sur ce que je ressens…

Michael : Je ne me fais pas d’idée. Tu veux rester avec lui. Reste avec lui. J’espère au moins que tu l’aimes.

Il réprimait ce qu’il avait envie d’oser, il taisait ce qu’il aurait dû objecter. Emballé, pesé, son avenir l’appelait. Loin. Il serrait les poings. Pour dompter sa jalousie. Pour réprimer ses questions sur le mec de Cassandre.

Michael : J’espère qu’il vaut la peine que tu l’aimes.

Cassandre : Je l’aime. Et il vaut la peine.

Elle hésitait à partir. Tout était dit. Il fallait.

Cassandre : Je te souhaite bonne chance. Pour tes voyages. Pense à trouver une fille à chouchouter.

Elle se hasarda à avancer, à se figer devant Michael. Elle vacilla, lui caressa la joue, y déposa un baiser. Puis claqua la porte derrière elle. Michael tira un bouquin de l’étagère. Se projeta dans une lecture. Mais le défilé de vocabulaire n’adhérait pas à ses idées. Il était maussade. Le cliché s’interposait. Un clap entre les lignes :

 

« Fleur des  Nuits – Machine à soupirs. »

 

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article