Les romans de Lotis

Les romans de Lotis

Je raconte des histoires, vraies de préférence.

A cinquante mètres

À cinquante mètres, les poussettes, les vélos ne s’attardaient plus sur le pont des Amours. Une soprano se taillait un mode vibrato. Une mezzo insistait sur le contre-chant. Osait par à-coups le crescendo. Pas à pas, la querelle se noyait dans les verdicts. Des iris noircissaient. D’autres jaunissaient.

Victoire : Mais c’est trop tard !

Cassandre : Non ! Non ! Non ! Si tu ne me fous pas des bâtons dans les roues !

Les heures clandestines scindaient toujours ses semaines. Les fuites dans la nuit entre Mark et les autres rythmaient trop les jours. Elle se savait atteinte d’une faiblesse. Elle désirait tant une vie d’adolescente, avec des amourettes. Michael lui manquait.

Victoire : C’est trop tard, je te dis ! T’as plus le choix, il va rien entendre, un max de clients n’attendent que ton corps, Poupée !

Le leitmotiv ordonnait d’abdiquer. D’expulser des mobiles sans queue ni tête. 

Cassandre : Et si je ne retournais pas à mes clients. Ni à Mark ?

Victoire : Tu veux nous lâcher ? Me quitter ? Laisser Lina, Annabelle…

Cassandre : Si je réponds oui, t’es mal, là…

Victoire : C’est quoi le prénom de maman, déjà ? Ah ouais, Suzanne, si Suzanne apprend que sa p’tite fille chérie révise le Kâma-sûtra avec un bourgeois maquereau, ce qu’est pas incompatible du tout, elle dirait quoi ? Hein ? Elle en ferait chialer un dictateur.

Il y avait du maître chanteur d’expérience en elle. Et un oppressif à souhait. Elle se gargarisait sans aucun doute de sa fonction aussi. Avec les émeraudes tendues en guise de prunelles, une morgue caustique.

Cassandre : Et si… ça ne m’arrêtait pas ?

Victoire : Ben là, franco, j’aimerais pas être à la place de ta frangine.

Sa bouche infligeait tous les heurts. Sans frémir pour autant.

Cassandre : C’est ça, alors, la vérité ? Il n’y a pas de sortie possible ?

Victoire : Ben à ton avis, greluche ? No one here gets out alive[1]. Maintenant, tu te magnes, on va les rejoindre.

Elle ne craignait pas les querelles. Elle n’épargnait pas les ultimatums. Aux confins de son âme, elle avait bâillonné trop souvent la crécelle de la sincérité.

 

Les narines au-dessus de sa coupe vanille fraise, il comptait les calories.

Sven : Le chocolat fondu, c’est peut-être de l’excès.

Annabelle : T’as pas à faire attention, toi.

Cassandre : Toi non plus.

Annabelle : Développe sur ta nouvelle dinde régulière. 

Sven : Elle n’est pas trop mal conservée pour son âge. Extrêmement généreuse. 

Annabelle : Comme les autres, quoi.

Sven : Entre nous, celle-ci présente l’avantage de s’endormir tôt.

Annabelle : Elle est comment, vieille et connue ? Femme de préfet ?

Sven : Pas du tout : héritière, seulement très riche, j’ai pu saluer ton copain Martial chez elle.

Lina : Y’a du Martial partout où y’a de la pub et de la tune.

Sven : À ce sujet, sa jolie jeune femme et toi, ma princesse, c’est tout de même une ressemblance incroyable…

Annabelle : T’es pas le premier à me le dire.

Lina : Il veut ta mort, mais il épouse ton sosie. C’est tout Martial, ça.

Sven : Dites-moi, les deux retardataires, vous n’êtes pas très expansives ?

Une prononciation piano s’enrobait dans le miel. Était éclose entre le sucre et les voyelles. Sa crème glacée se sabordait staccato. Les autres pêches melba et banana split récoltaient le même traitement.

Sven : Vous êtes au courant ? Il y a une fille, à Yves, je crois, elle a eu le talon abîmé dans un… accident. C’est un sujet embarrassant. Une autre lui aurait tiré dessus, comme ça, sans sommation. La pauvre, elle ne s’en remet pas. Par contre, l’autre fille…

Cassandre :… Celle qui a tiré ?

Des raclements de gorge retentissaient. Imitaient les clapotis sous un robinet.

Sven : Oui, celle qui a tiré. Il parait qu’elle voulait tuer tout le monde.

L’Énervée émettait un sifflement. Crachotait un toussotement.

Annabelle : Vas-y, t’en meurs d’envie, coco. Demande-lui donc.

Sven : J’en étais sûr ! Je le savais ! C’est une de vous. Vous trempez toujours dans de telles histoires ! C’est une brune…

Scrupuleux, il désigna l’Énervée de l’index. L’élue se nourrit d’un biscuit. Secoua sa chevelure foncée de gauche à droite.

Sven : Mais c’est une brune, on me l’a affirmé… ?

Ses consœurs se gondolaient en douce. Toutes sauf une, un peu chavirée.

Sven : Je n’arrive pas à le croire ! C’est toi, gentille petite ?

Annabelle : Redescends sur terre, elle est pas si gentille, elle se coltine Mark, elle a des bases…

Sven : Rassure-moi, tu ne voulais pas tuer tout le monde ?

Cassandre : Non. Juste deux blondasses et une pouffiasse. Trois personnes.

L’éphèbe se taillait une des dernières calottes dans sa boule fraise.

Annabelle : Elle voulait m’aider.

Sven : Je m’en serais un peu douté.

Lina : Oh, les autres, elles l’ont cherché…

Sven : Dites, mes mignonnes : et si vous arrêtiez de vous créer d’autres ennuis en plus de ceux que vous avez déjà ?

 

 

[1] Five to one, THE DOORS – En plus de Jim Morrison, les Doors, c’était : Ray Manzarek au clavier, Robby Krieger à la guitare, John Densmore à la batterie.           

 

Article précédent Article suivant
Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0

Commenter cet article